Ma vie de remplaçante…

… je ne suis pas Victor Novak !

Comme certain(e)s le savent déjà, je suis enseignante mais enseignante remplaçante. Alors OUI ! Je suis titulaire. OUI ! J’ai le concours. OUI ! J’ai déjà eu ma classe à l’année.

Alors, c’est quoi être remplaçant ?

Comme on est amené à se déplacer plusieurs fois dans l’année, on est rattaché administrativement à une école (« école de rattachement ») qui va nous faire passer le courrier, transmettre les mails… Si on n’a pas de collègue malade ou en formation à remplacer, on se doit d’aller dans cette école (s’il nous arrive une tuile, on n’est pas couvert). Et oui, on est payé. On touche des frais de déplacement plus ou moins élevés. Et justement, si on n’a pas de remplacement, on aide les collègues. Actuellement, je prends en charge des petits groupes d’élèves ce que la collègue titulaire de la classe apprécie grandement.

Il y a – officiellement – plusieurs types de remplaçants (les TR : les Titulaires Remplaçants) :

  • Les BD : les Brigades Départementales. Ils peuvent être envoyés dans tout le département (les remplaçants ne sillonnent pas le pays comme Victor Novak !).

  • Les ZIL : les Zones d’Intervention Limitée. Ils sont envoyés dans une zone de 20 kilomètres autour de leur école de rattachement.

  • Les BFC : les Brigades Formation Continue. Ils remplacent les enseignants qui partent en stage (mais comme il n’y a quasiment plus de formation continue…)

J’ai bien dit officiellement car, même en tant que ZIL, je suis envoyée dans des écoles à plus de 40 km régulièrement. Je suis envoyée travailler en tant que BFC. Bref… On a un titre administratif mais pas la fonction.

Bien, les présentations sont faites ! Commençons !

Être remplaçant, c’est un peu particulier, mal-aimé, incompris : « je pourrais jamais faire ça ! », « je l’ai déjà été, j’avais trop peur de ne pas savoir où j’allais le lendemain ». Questions tout à fait légitimes. Pour moi, c’est un choix. C’est sûr que changer d’élèves et de collègues tous les jours en déroute plus d’un. Mais c’est un poste très formateur ! On s’adapte à tout et on développe un sens de l’improvisation inouïe : écoles, niveaux, collègues, élèves…

Le matin, le remplaçant est celui qui se balade dans son école de rattachement avec son portable à la main.

Ah ! Le coup de fil du matin ! « Allô, bonjour Roisinn, c’est C. de la circo, j’ai besoin de toi aujourd’hui et peut-être demain à l’école de Truc, c’est une classe de x élèves et de tel niveau ».

Dans ce cas, c’est un remplacement court. Pour les remplacements longs, ils sont prévus (formation continu ou congé maternité). Parfois non (accident). Mais il y a toujours moyen de communiquer avec le collègue.

BREF… A partir de cet appel…

1/ Je saute dans ma voiture

2/ Je règle mon GPS (INDISPENSABLE !)

3/ Sur le trajet, je réfléchis à ma journée et au contenu de mon coffre (un sac pour chaque cycle, oui, oui, ça me prend tout le coffre de la voiture !!)

4/ J’arrive dans l’école chargée comme un âne, je rencontre les collègues si j’arrive à l’heure. Si l’inspection m’appelle tard et que j’arrive en retard, les élèves sont déjà installés en classe et répartis chez les autres enseignants et m’attendent de pied ferme. De pied ferme, parce que nous, enseignants remplaçants, sommes des denrées rares attendues comme le messie.

5/ Parfois, quand l’absence est prévue, le travail est tout prêt et les photocopies attendent sur le bureau.

Si l’absence n’est pas prévue et qu’on n’a pas le temps de faire des photocopies, il faut d’avance prévoir des activités SANS photocopies et SANS manuels. Là, on attend la récréation avec impatience. Sauf si on est de service « surveillance de récréation ». Mais les collègues sont assez sympas pour laisser libres les remplaçants.

6/ La découverte des élèves… Là, faut surtout pas se louper au risque de passer une sale journée…

           a) J’essaie de ne pas être cool, je me présente (juste mon prénom pour les maternelles et les CP-CE1, et Mme Truc pour les plus grands) en disant que je viens remplacer la maîtresse.

Par contre, avec les petits de maternelle, il faut être trèèèès rassurant et doux. Ils sont facilement déstabilisés.

           b) J’annonce qu’aujourd’hui ne sera pas une journée comme les autres. En effet, les enfants sont attachés à leur maître/maîtresse et je suis archi sûre que je vais entendre 15487 fois dans la journée « Oui mais d’habitude avec la maîtresse, on a le droit de faire comme ça (aller aux toilettes 5 minutes après être rentrés de récréation par exemple) ! » (c’est ça et la marmotte, le chocolat, le papier alu…).

Dès le début, je dis que c’est moi qui suis « le chef » et qui décide et que la maîtresse n’est pas là. Si je « sens » une classe sympa, je fais le clown en ouvrant les tiroirs du bureau, en poussant les dictionnaires et en appelant leur maîtresse habituelle. « Vous voyez, elle n’est pas là ! ».

           c) Je leur fais fabriquer des petits panneaux avec leur prénom, histoire de ne pas les appeler « pull rayé » ou « toi, derrière le pull rose » toute la journée.

La consigne : « Vous écrivez bien gros, au feutre de la couleur que vous voulez sauf au jaune et au fluo ». Rien que cette activité – même chez les grands – va bien prendre 10 minutes.

           d) Je respire un bon coup et j’y vais, la journée démarre.

Voilà… C’est ma vie de maîtresse remplaçante !

Publicités

5 réflexions sur “Ma vie de remplaçante…

  1. A reblogué ceci sur gh292et a ajouté:
    J’adore ton style, ta présentation etc… Je vais lire avec gourmandise tous tes textes… A la rigueur tu as le droit de jeter un coup d’œil sur mon blog… Bisous même si on ne se connait pas encore Serge

    Aimé par 1 personne

  2. Je découvre moi aussi tes articles et je trouve celui-ci très intéressant car je n’avais aucune idée de la vie d’un remplaçant justement !! Je n’avais jamais trop compris comment cela se passait pour eux, s’ils passaient leur temps à faire ça ou s’ils avaient parfois une classe… en tout cas, ça a l’air de demander d’être en forme tous les jours !

    Aimé par 1 personne

  3. Ma tata etait remplacante aussi avant d’avoir sa classe cette annee et si elle aimait le changement elle a fini par trouve que la route ca faisait trop! Mais c’est chouette de decouvrir de nouvelles classes et de nouveaux enfants. Je crois que j’aurais du mal avec l’autorite? Mais ca doit s’apprendre non?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s